Violences sexuelles envers l’enfant et lien de parenté en Afrique. Analyse poolée des études réalisées au Cameroun (2016)

But. – Cette étude avait pour objectif de dégager la prévalence de l’inceste au Cameroun.Patients et méthodologie. – Pour ce faire, l’auteur a procédé à une analyse poolée visant à synthétiser les résultats d’études portant sur les violencessexuelles envers les enfants.Résultats. – Neuf études publiées ont été ainsi incluses pour un total de 10 874 participants. Parmi eux, 1164 ont été victimes de violences sexuelles(soit une prévalence de 10,7 %). Dans cet échantillon, l’auteur a trouvé 1056 filles (90,7 %) contre 108 garc¸ons (9,3 %), sex-ratio 9,8 en faveurdes filles. Parmi les victimes, il y a eu 917 cas de violences sexuelles extrafamiliales (78,8 %) et 194 cas de violences sexuelles intrafamilialeséquivalent à une prévalence d’inceste de 16,66 %. Sur les 194 cas de violences sexuelles intrafamiliales, 178 ont concerné les filles (91,7 %) et16 ont concerné les garc¸ons (8,3 %), sex-ratio 11,1 en faveur des filles.Conclusion. – La prévalence de l’inceste au Cameroun est importante. Par conséquence, une action nationale est indispensable pour combattrece fléau. Celle-ci comprendra des activités de recherche, de formation et d’information des professionnels de l’enfance, des activités de prise encharge des victimes et de prévention. Mots clés : Inceste ; Violence sexuelle ; Enfant ; Traumatisme psychique ; Prise en charge ; Afrique

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.