Quelle place pour la clinique transculturelle dans la promotion de la diversité? (2006)

La réflexion étatique de la place des migrants et des étrangers a changé en France. En témoigne le dernier numéro du FASILD1 intitulé Agir contre les discriminations. En effet, seul le contrôle des flux migratoires a justifié jusqu’alors d’une réelle politique (de plus en plus restrictive d’ailleurs), tandis que la préoccupation pour nos travailleurs immigrés passait par l’accueil des services sociaux. Les questions dites d’intégration étaient laissées le plus souvent à l’initiative de la société civile par le financement des associations. Aujourd’hui, la réflexion s’est infléchie sous la prise de conscience de la discrimination3… Blandine Kriegel, présidente du Haut Conseil à l’Intégration, fait l’analyse suivante : la société française a tout d’abord pensé que les immigrés étaient là ponctuellement, la politique d’accueil se résumant à un « accompagnement social » des travailleurs immigrés et de leur famille. Prenant conscience qu’ils resteraient ici, on a pensé qu’ils « s’assimileraient » comme l’ont fait nombre de migrants, et s‘ils ne le faisaient pas, ils en étaient coupables (…)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.