Les enjeux de la réconciliation. Ethnographie d'une école promouvant la coexistence entre Chypriotes grecs et turcs (2010)

Christina est venue m’interroger un matin avant d’entrer en classe : « On dit qu’hier tu t’es baladé avec les Turcs ! Qu’est-ce que tu faisais avec eux ? ». Cette jeune fille chypriote grecque de douze ans est dans la même classe que Halide, la « Turque » de quatorze ans avec laquelle je me suis promenée la veille, et dont Christina connaît bien le prénom. L’habitude de souligner l’identité ethnique de ces camarades, en évitant de les nommer, est assez courante dans l’école de Sainte Antoine, qui regroupe pour la première fois depuis 1974 des enfants chypriotes grecs et turcs à Chypre 1. Le mot « p’tits Turcs » (Τουρκουvθκια) est régulièrement employé par les élèves chypriotes grecs, même si les enseignants favorisent l’appellation « turcophones ». Les enfants turcophones utilisent le terme « Grecs » (Ελληνες) ou bien « Eux » pour se référer aux enfants chypriotes grecs. Se pose donc la question de comment interpréter ces usages linguistiques dans le contexte d’une école primaire qui prône la coexistence entre deux populations divisées pendant plus de trente-cinq ans (…)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.