L'ennemie dans l'Europe en guerre au XXe siècle (2002)

Dans le contexte guerrier du XXe siècle, les frontières entre civil et militaire, front et arrière, sont de plus en plus brouillées. Dans chaque camp, c’est la société dans sa totalité qui se trouve mobilisée. Penser alors l’ennemi, c’est également le penser « femme ». Trois aspects de cet ennemi au féminin sont ici soulignés. La féminisation de l’ennemi comme moyen de le rejeter dans le camp de l’altérité en retirant à l’autre-combattant sa virilité. L’attitude vis à vis de celle qui sans être encore des ennemies sont pourtant les femmes de l’ennemi (filles, épouses, mères). Qu’il s’agisse de les nier, de les séduire ou de leur faire subir des violences spécifiques (viols). Enfin, lorsque les femmes du camp adverse sont considérées comme de véritables ennemies, qu’elles soient ou non combattantes. Mots clés Guerre, vingtième siècle, genre, violence, ennemie.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.