Le seppuku, mort volontaire ou sacrifice rituel ? (2011)

Bien que la vie et la mort soient antonymes, la pensée religieuse, à travers ses mythes et ses divinités, naît de l’interaction entre ces deux états. Dans le bouddhisme, la vie ne s’oppose pas à la mort, mais se définit comme une étape préparatoire à la celle-ci, car la qualité des actions va déterminer le devenir de la conscience. L’existence est alors un cheminement, parfois entravé par le doute et le désir, vers la perfection des actes. Le seppuku serait-il donc une mort volontaire motivée par une éthique individuelle ? L’étude qui suit prend appui sur la place du seppuku dans l’histoire du Japon, puis en propose une nouvelle compréhension au travers d’une analyse transculturelle Ce texte insiste sur la relativité de la liberté de l’individu au sein de processus qui visent à conserver une homéostasie sociale. Nous pouvons alors penser la fonction du rite comme un palliatif à la souffrance du groupe. Mots-clés :Rite, sacrifice, suicide, culture, histoire, symbolique, seppuku, Japon.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.