Impacts des conflits sur l'éducation dans le sud du département du Pool (République du Congo) (2010)

En 1991, du fait de l’instabilité sociale et politique en partie créée par le déclin notable de l’économie nationale, le gouvernement congolais organise la Conférence Nationale Souveraine. Celle-ci s’engage dans un programme de démocratisation qui se concrétise par l’annonce de la tenue d’une élection présidentielle multipartite. Des trois principaux leaders politiques, candidats à la présidentielle, Denis Sassou-Nguesso du Parti Congolais du Travail (PCT), Pascal Lissouba de l’Union Panafricaine pour la Démocratie Sociale (UPADS) et Bernard Koléla du Mouvement Congolais pour la Démocratie et le Développement Intégral (MCDDI), c’est Pascal Lissouba qui est élu président le 31 août 1993. La démocratie congolaise vient de naître, mais elle est très tôt mise à l’épreuve La dissolution de l’Assemblée Nationale en 1992 conduit à l’organisation de nouvelles élections législatives en mai 1993. La contestation du résultat de ces élections provoque des troubles sociaux entre 1993 et 1994 qui opposent les originaires du sud du Pool à ceux des départements du Grand Niari (Niari, Bouenza et Lékoumou). Les deux leaders politiques qui s’affrontent s’appuient sur les milices privées, Lissouba, sur les Cocoyes et Koléla, sur les Ninjas. Les troubles démarrent à Brazzaville dans les quartiers situés au sud de la ville, puis s’étendent très rapidement dans les régions du Pool et du Grand Niari. C’est à cette période que les expressions Tchecs pour désigner les originaires du Pool et Niboleks pour ceux du Grand Niari, font leur apparition dans le langage des Congolais. Des actes odieux et crapuleux (viols, assassinats, etc.) sont commis dans les deux camps des opposants, ce qui engendre des mouvements massifs de populations vers leurs régions d’origine respectives ou vers les grandes agglomérations (Pointe-Noire et Brazzaville). Si des accords de paix sont signés à Libreville relativement rapidement (1994), cette période marque le début de la pratique de la violence et de l’instabilité politique et sociale entretenues par les milices privées (…)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.