Adolescences en exil (2011)

Cet article présente les résultats d’une enquête de terrain, transdisciplinaire et engagée, auprès « d’adolescents en exil » : des adolescents migrants ou issus de l’immigration, qui vivent dans des quartiers marqués par la précarisation du nord-ouest de Bruxelles. Nous les avons rencontrés grâce à une observation participante de deux années, dans leurs quartiers et leurs écoles, à forte densité immigrée. Si la capitale de l’Europe est cosmopolite, elle vit aussi d’importants conflits communautaires, et se polarise sur les plans social et « ethnique ». Des adolescents, anciens ou nouveaux arrivants, sont toujours davantage confinés dans des quartiers relégués et des écoles « de seconde zone », qui deviennent monoculturelles. Dans ce contexte, des « nous » radicalisés se constituent autour d’une origine, d’un phénotype, d’un taux de mélanine, d’une condition commune et de morceaux de quartier, aux frontières mouvantes. Ils permettent de se construire des solidarités et une identité fière mais exposent les jeunes à une exacerbation des conflits de territoires et à des violences de genre. Avec ces jeunes, nous avons développé une démarche réflexive en ouvrant des espaces individuels et collectifs d’expression sur eux-mêmes et leurs expériences de la ville (récits de vie, entretiens collectifs dans les groupes-classes…). Ils observent et questionnent le fractionnement de l’espace public ainsi que l’ethnicisation des regroupements de jeunes dans certains quartiers. Ils analysent les discriminations scolaires et les violences sociales auxquelles ils sont confrontés. Ils déploient des résistances et des apprentissages. Les dispositifs créatifs les mobilisent. Ils soutiennent leurs capacités à traduire leur expérience et à s’inventer métissés. En final, leurs analyses conjuguées nous livrent des enseignements concrets pour les pratiques et politiques publiques. MOTS-CLÉS Bruxelles, quartiers populaires, regroupements d’adolescents migrants ou issus de l’immigration, ethnicisation des écoles, pistes de prévention.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.